DESTINATIONS EUROPE FRANCE HAUTS-DE-FRANCE SOMME

BAIE DE SOMME : LES RÉSERVES NATURELLES ORNITHOLOGIQUES

Nous avons visité trois parcs ornithologiques au cœur de la Baie de Somme et pour chacun d’entre eux nous sommes allés à des saisons différentes, afin d’apercevoir le plus grand nombre d’espèces.

Pour le Parc du Marquenterre, nous y sommes allés au printemps. Ce parc est plus grand, plus cher aussi, par rapport au Parc de Grand-Laviers que nous avons visité en Automne.

La Réserve d’Avifaune du Hâble d’Ault, quant a elle, est plus sauvage et l’entrée est gratuite. Nous l’avons faite en hiver.

Trois saisons différentes, donc trois occasions de rencontrer des espèces et des paysages différents.

Le parc du Marquenterre

Le parc du Marquenterre, situé à Saint-Quentin-en-Tourmont, est un espace préservé au cœur de la Réserve Naturelle Régionale de la Baie de Somme pour l’observation de la nature et des espèces animales et végétales.

Il comporte 200 hectares de marais, de dunes et de roselières avec des paysages uniques, situé entre terre et mer. Il y a possibilité de se restaurer sur place avec le restaurant La tablée du Marquenterre.

Billeterie

Le site propose 3 parcours au choix, avec des parcours allant de 45 minutes à 2 heures permettant d’observer le comportement et le mode de vie des oiseaux. Nous choisissons le parcours de 2 heures, permettant de voir un plus grand choix de paysages et d’oiseaux, mais aussi car nos enfants sont grands et peuvent bien marcher.

Bien entendu, il est préférable d’emmener une paire de jumelles, sans cela on ne voit pas grand chose étant donné la grandeur des marais. Mais à l’accueil on peut toujours en acquérir une paire moyennant la somme de 4 euros pour sa location.

Tadornes de Belon
Cygne tuberculé

Des guides naturalistes sont sur place à différentes étapes de notre parcours, permettant d’avoir des compléments d’informations ou pour nous faire voir quelques espèces à l’aide de leurs longues vues. Nous avons la chance de voir avec cet instrument une nichée de cygnes qui impressionnent les enfants.

A chaque saison on peut voir différentes espèces d’oiseaux, selon les migrations. A l’automne on peut y voir les espèces en provenance des pays du Nord venant passer l’hiver dans nos contrées, ou venant se ressourcer durant quelques jours avant de repartir vers l’Afrique.

Grand Cormoran
Pinson des arbres

Nous sommes au printemps, saison des migrations venant d’Afrique pour passer l’été en Europe, mais aussi saison de la reproduction. De nombreuses espèces comme la Cigogne, le Héron cendré, l’Avocette élégante, la Spatule blanche et bien d’autres encore, nichent sur place à l’intérieur du site. Du côté des passereaux on peut y voir aussi des Gorges bleues, des Pouillots véloces, ou des Linottes mélodieuses, entre autres.

Le printemps, mais aussi l’été, sont des saisons intéressantes pour les enfants, car on observe les oiseaux qui construisent leurs nids, ou qui élèvent leurs petits.

Avocette élégante
Pouillot véloce
Spatule blanche construisant un nid
Spatules blanches

La période hivernale est une période plus calme, où on peut apprécier de voir de nombreux canards, foulques et oies qui se regroupent sur les plans d’eau.

Des postes d’observations sont aménagés tout le long des parcours, et sont dotés de bancs pour faciliter l’observation. C’est à ces endroits précis que nous recourrons aux explications des guides.

Bien entendu, le silence est de rigueur dans le parc et notamment dans les postes d’observation si l’on veut pouvoir étudier le comportement des oiseaux.

Grande aigrette
Grèbe huppé
Chevaliers gambette

La réserve ornithologique de Grand-Laviers

La réserve ornithologique de Grand-Laviers, située dans la ville du même nom aux portes d’Abbeville, est un espace naturel de plus de 40 hectares où l’on peut observer la faune et la flore.

Il comporte une diversité impressionnante de l’avifaune migratrice : Avocette élégante, Echasse blanche, Grèbe à cou noir ou encore limicoles, canards et autres échassiers.

Là encore le site propose trois parcours, allant de 45 minutes à 2 heures 30 et nous pouvons également louer des jumelles sur place si nous n’en avons pas. Mais nous ne les avons pas oubliés ! Pour ce qui est de la restauration, le site ne comporte pas de restaurant sur place mais une aire de pique-nique.

Grèbe Castagneux
Grèbe Castagneux

Nous prenons le parcours de 2 heures 30, mais contrairement au parc du Marquenterre il n’y a pas de guides pour nous expliquer le mode de vie de ces oiseaux au niveau des postes d’observations. Si l’on souhaite être informé lors de notre ballade, il nous faut alors réserver une visite guidée.

Les passionnés de photo peuvent également réserver une entrée spéciale « Aube des oiseaux » où ils auront le privilège de voir l’envols des différentes espèces au lever du soleil, avant l’ouverture du site. C’est l’occasion de découvrir des ambiances de lumière surprenantes.

Observatoire
Cygnes tuberculés

Nous sommes en automne, et cette fois ci, nous apercevons des colonies de Vanneaux huppés et de Sarcelles d’hiver, mais aussi des Grèbes Castagneux, des Cygnes blancs, et des Bécassines des marais. Quand aux passereaux, nous avons la chance de voir des Linottes mélodieuses, des Rouge-gorges et des Mésanges charbonnières.

Le parc est sympathique et un peu différent de celui du Marquenterre.

Vanneaux huppés et Bécassines des marais au centre
Vanneaux huppés et Sarcelles d’hiver en avant plan

La réserve d’avifaune du Hâble d’Ault

Le Hâble d’Ault est un site unique en France. Il se situe juste à côté de la plage de Cayeux-sur-Mer et à 13 kilomètres environ de Saint-Valéry-sur-Somme. C’est une zone humide constituée de marais et protégée par un cordon de galets. Chaque année pas moins de 270 espèces d’oiseaux la fréquentent.

Une boucle de 5 kilomètres permet de faire une jolie randonnée au coeur du Hâble et de découvrir une multitude de milieux naturels au coeur des Bas Champs. Pour le moment, il n’y a pas de signalétique, mais il est quasiment impossible de s’y perdre.

Groupe de Grands Cormorans et la digue de galets au fond
Tarier Pâtre mâle qui chante

Après avoir déposé la voiture au parking de l’Amer Sud de Cayeux-sur-mer, situé le long de la digue, on démarre la ballade à partir du monument de l’Amer Sud. C’est une longue ligne droite qui démarre avec d’un coté les prairies et les marais, et de l’autre, la longue digue de galets des Bas Champs que les enfants peuvent gravir à souhait pour aller admirer la mer et les falaises d’Ault que l’on aperçoit au loin.

Sur la gauche nous trouvons un chemin qui entre dans la réserve d’Avifaune du Hâble d’Ault. Même sans signalétique, il suffit de suivre les chemins au fil des étangs bordés de roseaux et des prairies humides.

Les oiseaux sont également nombreux en hiver et l’on peut apercevoir des groupes de Grands Cormorans, des Vanneaux Huppés, des Grands Gravelots, des Tadornes de Belon, des canards Souchets ou des Huîtriers pies pour n’en citer que quelques-uns.

De nombreux passereaux sont également présents en cette saison, comme le Tarier Pâtre, le Roitelet à triple bandeau ou le Bruant Jaune.

Vanneau huppé
Grand Gravelot
Tadornes de Belon
Roitelet à triple bandeau

On remarque également la présence de chevaux à la jolie robe couleur sable, ce sont des chevaux de la Baie de Somme, que l’on nomme Henson. En plus de leur bon caractère, ils sont rustiques et adaptés au tourisme équestre. Ils viennent facilement à notre rencontre et se laissent caresser.

Chevaux de Henson
Chevaux de Henson
Poulain

Pour terminer la boucle, le chemin du retour est agrémenté de quelques postes d’observation donnant une vue sur les étangs. Le chemin est plus agréable, plus sinueux. En cet fin d’après midi, nous assistons au coucher du soleil en compagnie des lapins. Un beau soleil d’hiver qui pare la nature de belles couleurs dorées.

Parc du Marquenterre : 25bis Chemin des Garennes – 80120 SAINT-QUENTIN-EN-TOURMONT

Parc de Grand-Laviers : 2 rue Touvent – 80132 GRAND-LAVIERS

Réserve d’Avifaune du Hâble d’Ault : Le Hâble d’Ault – 80410 CAYEUX-SUR-MER – GPS : 50° 08′ 46″ N, 1° 28′ 45″ E

Vous pourriez aussi être intéressé par :

4 thoughts on “BAIE DE SOMME : LES RÉSERVES NATURELLES ORNITHOLOGIQUES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top